Archives For francophone

Pornons un exemple. Si que tcheuqu’un se fait dire qu’y parle mal pis qu’y se fait taper sus les doits pendant 13 ans d’école pis même le reste de sa vie à cause qu’y parle la langue de ses ancêtres, c’est ti si tant supornant que çâ qu’y se sente incompétent dans ste langue là pis qu’y fénisse par l’abandouner dans çartains cas? Les Acadjens pouvont aussi awoair de la misère à s’ercounaître dans les produits culturels (coume la musique, la télévision, la littérature, etc.) qui yeux sont óffris dans un français d’alieurs ou qui m’nont d’un autre culture (le français de France ou la culture québécoaise, par exemple). Comparons çâ à l’intérêt pis l’excitement qu’el monde a pour les produits qui m’nont de l’Acadie pis qui sont en acadjen ou en chiac, coume Lisa LeBlanc, Acadieman, Radio Radio, la Sagouine, les t-shirts « J’aime right ton accent! », etc. Ça fait qu’on peut woair que c’est pas qu’el monde aime pas le « français », c’est juste qu’y’a pas bócoup de produits qui sont ben adaptés au marché acadjen.
Pour empirer les affaires, y’a l’anglais ben sûr qui rentre dans l’équoition. C’est la langue de la majorité lingüistique dans la région pis c’est la langue de la culture dominante sus le continent qu’offre ben plusse de póssibilités. À part de stes avantages là, en anglais, ça s’écrit la pupart du temps coume que ça se dit, pis ça reste de l’anglais parfaitement acceptable. En auteurs mots, y’a pas djére de diglossie en anglais, comparé à la paire acadjen/français standard.
Advertisements

https://www.acadienouvelle.com/actualites/2018/02/12/sociolinguistique-franglais-chiac/

« Un accent communique des informations sociales sur une personne. Par exemple, l’accent dit beaucoup sur sa provenance géographique. Et des préjugés y sont rattachés. On aura tendance à attribuer à cette personne certaines caractéristiques. »

 

« Il y a différentes façons de prononcer les mots. Ça ne veut pas forcément dire que les gens sont moins capables de parler français. Ça veut juste dire que ça prend une autre forme. »

« Tout le monde a un accent. On dit parfois que l’accent ne vient pas de la bouche, ou du coeur, mais de l’oreille de celui qui écoute. »

https://www.la-liberte.ca/2018/02/07/accents-prejuges-impact-nathalie-freynet/

https://www.acadienouvelle.com/actualites/2018/02/07/langues-officielles-volee-de-critiques-envers-justin-trudeau/

A pair of French teachers followed for two years the actors of the resurgence of French in Louisiana: teachers, activists, politicians, students and parents of students. Their documentary, The Choice of Theo , will premiere in Lafayette, Louisiana on January 26.

Theodore Brode is one of the few French teachers from Louisiana. He is part of this generation of Louisians who discovered French in Canada. His ancestors were Francophones, of Acadian and Creole descent, but the 28-year-old grew up speaking English, a consequence of the law that banned French in Louisiana for nearly forty years.

Un duo d’enseignants français a suivi pendant deux ans les acteurs de la résurgence du français en Louisiane : professeurs, militants, politiciens, étudiants et parents d’élèves. Leur documentaire, Le Choix de Théo, sera diffusé en avant-première à Lafayette (Louisiane) le 26 janvier prochain.

Théodore Brode est l’un des rares professeur de français originaire de Louisiane. Il fait partie de cette génération de Louisianais qui a découvert le français au Canada. Ses ancêtres étaient francophones, d’origine acadienne et créole, mais le jeune homme de vingt-huit ans a grandi en parlant anglais, conséquence de la loi qui a interdit le français en Louisiane pendant près de quarante ans.

https://france-amerique.com/fr/a-documentary-depicts-the-rebirth-of-french-in-louisiana/

https://www.acadienouvelle.com/mon-opinion/2017/09/11/acadiens-doivent-faire-preuve-de-courage/

Toute langue crée son monde, donne une autre perspective. Perde une langue, c’est réduire sa perspective. Et je suis d’avis que le monde a besoin d’autant de façons de voir et de concevoir que possible.

https://www.acadienouvelle.com/mon-opinion/2017/08/09/grace-de-langue/