Archives For French-speaking

But, by the late 14th century, standards of French in Britain were slipping – at least in some quarters. Perhaps not such a problem at home, where English had already assumed some of the roles previously performed by French. But if British merchants wanted to export wool, or import bottles of Bordeaux, knowledge of French was still a must.

It’s around this time that the “Manieres de langage” – or “Manners of Speaking” – began to appear. These model conversations, the earliest used to teach French to English speakers, were used by business teachers who taught all the necessary skills for performing basic clerical work.

https://theconversation.com/in-medieval-britain-if-you-wanted-to-get-ahead-you-had-to-speak-french-73164

Advertisements

Astheure

Ce texte est paru initialement dans le numéro décembre 2017/janvier 2018 de la revue À Bâbord. Nous le reproduisons avec la permission de la revue et de l’auteur.

La création acadienne semble revendiquer une place de plus en plus importante : réussite d’une survivance ou nécessité de vivre?

Je suis acadien. Mon nom de famille est Robichaud. L’un des originaux, m’a-t-on appris, dit, et redit. Je suis acadien du plus loin que je me souvienne. Un acadien né à Moncton, au Nouveau-Brunswick, en 1990. Ça m’a toujours été présenté comme quelque chose d’important, alors rapidement j’y ai cru, et plus je vieillis, plus je comprends que ça l’est. Je ne serais rien de qui ou de ce que je suis si je n’étais pas Acadien.

L’Acadie, c’est un paradoxe profond, une dose d’improbable et d’impossible, une irrévérence batailleuse, goguenarde, railleuse, ratoureuse qui s’affranchit plus souvent par en dessous que…

View original post 1,044 more words

https://www.ottsworld.com/blogs/things-to-do-on-the-acadian-peninsula-new-brunswick/