Archives For regional dialect

But museums and dictionaries are feeble defence against globalisation and urbanisation. The best way of keeping the dialects alive would be to use them as a medium of instruction in public schools. But the national government sets the curriculum, so that is unlikely to happen. Parents are a poor substitute for teachers. “The more you make kids speak a language the more they rebel,” says Mr Altenhofen. His 16-year-old daughter is learning Japanese. She wants to study Korean next.

https://www.economist.com/news/americas/21737551-challenges-urbanisation-globalisation-and-primacy-portuguese-fight-save?fsrc=scn/fb/te/bl/ed/thefighttosaveeuropeandialectsinbrazilgialdoalert

Advertisements

Astheure

La question de l’insécurité linguistique chez les Acadiens a refait surface dernièrement dans les médias et les réseaux sociaux. Le débat n’est pas nouveau. Il reviendra toujours. Cette fois, il a été déclenché par des remarques émises par Roxann Guérette, ancienne présidente de la FÉÉCUM, sur sa page Facebook. Fraichement installée à Marseille et entourée de Français, elle exprimait un sentiment de honte par rapport à sa langue. Les réactions ont été nombreuses, vives et diversifiées. Ce n’est pas mon but d’y revenir en détail. Cependant, je trouve que les voix d’autres Acadiens vivant en France manquent à l’échange. L’insécurité linguistique et la honte persistent-elles dans leur quotidien? Dans quelle mesure les Acadiens vivant en France ont-ils choisi d’adapter leur façon de parler ou de ne pas le faire afin de valoir leur identité culturelle? Sans doute les réponses varient beaucoup d’une personne à l’autre (ou même d’une journée à…

View original post 1,322 more words

Thanks to the thousands of Internet users who took part in our latest surveys , we are now able to offer you a new selection of maps showing divisions within the French-speaking world of Europe. Good discovery!

Grâce aux milliers d’internautes qui ont pris part à nos dernières enquêtes, l’on est aujourd’hui en mesure de vous proposer une nouvelle sélection de cartes donnant à voir des divisions à l’intérieur de la francophonie d’Europe. Bonne découverte!

https://francaisdenosregions.com/2018/02/25/6999/

Pornons un exemple. Si que tcheuqu’un se fait dire qu’y parle mal pis qu’y se fait taper sus les doits pendant 13 ans d’école pis même le reste de sa vie à cause qu’y parle la langue de ses ancêtres, c’est ti si tant supornant que çâ qu’y se sente incompétent dans ste langue là pis qu’y fénisse par l’abandouner dans çartains cas? Les Acadjens pouvont aussi awoair de la misère à s’ercounaître dans les produits culturels (coume la musique, la télévision, la littérature, etc.) qui yeux sont óffris dans un français d’alieurs ou qui m’nont d’un autre culture (le français de France ou la culture québécoaise, par exemple). Comparons çâ à l’intérêt pis l’excitement qu’el monde a pour les produits qui m’nont de l’Acadie pis qui sont en acadjen ou en chiac, coume Lisa LeBlanc, Acadieman, Radio Radio, la Sagouine, les t-shirts « J’aime right ton accent! », etc. Ça fait qu’on peut woair que c’est pas qu’el monde aime pas le « français », c’est juste qu’y’a pas bócoup de produits qui sont ben adaptés au marché acadjen.
Pour empirer les affaires, y’a l’anglais ben sûr qui rentre dans l’équoition. C’est la langue de la majorité lingüistique dans la région pis c’est la langue de la culture dominante sus le continent qu’offre ben plusse de póssibilités. À part de stes avantages là, en anglais, ça s’écrit la pupart du temps coume que ça se dit, pis ça reste de l’anglais parfaitement acceptable. En auteurs mots, y’a pas djére de diglossie en anglais, comparé à la paire acadjen/français standard.

https://www.acadienouvelle.com/actualites/2018/02/12/sociolinguistique-franglais-chiac/

« Un accent communique des informations sociales sur une personne. Par exemple, l’accent dit beaucoup sur sa provenance géographique. Et des préjugés y sont rattachés. On aura tendance à attribuer à cette personne certaines caractéristiques. »

 

« Il y a différentes façons de prononcer les mots. Ça ne veut pas forcément dire que les gens sont moins capables de parler français. Ça veut juste dire que ça prend une autre forme. »

« Tout le monde a un accent. On dit parfois que l’accent ne vient pas de la bouche, ou du coeur, mais de l’oreille de celui qui écoute. »

https://www.la-liberte.ca/2018/02/07/accents-prejuges-impact-nathalie-freynet/

Pretty cool website that displays with audio recording and transcripts over a hundred different regional dialects of french.

https://atlas.limsi.fr/index-en.html